lundi 11 juin 2018

Slam présentation

L'atelier d'écriture Par Monts et Par Mots a proposé un cycle Slam

Ecriture poétique 
rythmée
non conventionnelle
anti académique
démocratique 
populaire

A suivre certaines des productions de certains des participants
Les textes ont été dits par leurs auteurs lors d'un Apéro Slam le 1er juin sur la place de la Tour de Trausse (vidéos visibles sur youtube)

Pour commencer un présentation en rimes et en rythme

***

Fée carabine féminine
Un peu zinzine
Pas radine ni citadine
Une capucine genre opaline à la cocaïne
Plus aubergine
Que glycine
Pas Maryline ni libertine
Plutôt câline sur une biguine
Sanguine à la caféine
En jeans au fond d’la piscine
Pas mesquine et pas divine
Mais sauvagine et bien latine
Je butine, je baratine, je taquine et je cuisine …
Tchin tchin !

Je suis DelphINE

***

Otte, otte, otte...
Je crachote je barbote
Ça mijote.
C'est pas des gnognottes !
Je parlotte,
Sans-culotte.
C'est de la camelote !
Bergamote !

Je suis Eliot

***

 
Je suis intime,
Je déprime,
Je suis magnanime,
Je suis la cime,
Je suis le régime,
Je lime,
Je suis victime,
Je suis maritime,
Je suis légitime,
Je suis l'abîme,
Je suis les rimes ...

Je suis Naïm

*** 


Je suis en survie
Et je vous convie
Avec grande envie
Regardez ma vie
Et si je dévie
Et suis poursuivie
Gardez-moi l’envie
De vivre ma vie
J’en serai ravie

Je m’appelle Sylvie


Slam Panorama des saisons

Viens je te dirai mes belles saisons

Déambulation d'une saison à une autre pour un panorama très subjectif

***  
Panorama des saisons

Viens je te dirai …
Les asperges sauvages
Les jupes un peu plus courtes
Les oiseaux de retour
Cerises aux oreilles
Le murmure du vent
Mes lèvres dans ton cou
… Printemps

Viens je te dirai …
Tout le bleu dans le ciel
La peau brune et moite
Et le chant des cigales
Baignades dans les cascades
Et le vent dans les pins
Ma main dans tes cheveux
… Eté

Viens je te dirai …
Le rouge de la vigne
Et l’odeur des vendanges
Les oiseaux rassemblés
Aussi les écoliers
Les châtaignes grillées
Mes doigts courent sur ta joue
… Automne

Viens je te dirai …
Cache-nez et bonnet
La nuit longue et le froid
Et le silence aussi
Lecture au coin du poêle
Le chat sur les genoux
Ma bouche à ton oreille
… Hiver

delphine

Slam Programme

Tout un programme !

Enumération ordonnée d'opérations tendant vers un but, mise en vers d'une suite de gestes technique

***

Jouer au foot, c'est :
Tirer, marquer, courir, tomber, crier, encourager, rager, s'amuser, partir, revenir, s'améliorer, perdre, tacler, arbitrer siffler ; c'est aussi gagner !

Naïm

***

 
Comment s'endormir ???
Tout d'abord, aller faire pipi ;
Ensuite, se mettre sous la couette,
Régler le réveil,
Remuer,
Se stabiliser,
Ne plus bouger,
Se lever faire pipi...
Se (re) mettre sous la couette,
Regarder le plafond
Réfléchir un peu,
Fermer les yeux ;
Et puis compter les moutons !
Bon courage...
Eliot

*** 

Au menu … Se faire belle pour sortir

Choisir une tenue
La préparer et la poser sur le lit
Prendre une douche bien chaude
Laver les cheveux
Se sécher
Mettre des bas
Se maquiller, d’abord les yeux, et puis la bouche
Sécher les cheveux, les lisser, les attacher
Tourner la tête, se sourire
Détacher les cheveux
Enfiler les vêtements préparés
Tresser les cheveux
Les détresser
Stresser
Enfiler un collier
Se regarder dans la glace
Regarder l’heure
Changer de jupe
Nouer les cheveux
Changer de collier
Dénouer les cheveux
Essayer une chemise
Se regarder dans le miroir
Regarder l’heure
Mettre des bracelets
Enlever le collier
S’énerver
Mailler un bas
Pester, jurer
Changer de bas
Regarder l’heure
Mettre des talons hauts
Marcher, danser, pour essayer
Se regarder dans le miroir
Jeter loin les talons hauts
Retirer les bracelets
Brosser les cheveux
S’énerver, stresser, regarder l’heure, transpirer
Reprendre une douche
Se démaquiller
Enfiler un jeans et un t-shirt
Se chausser confortable
Sortir

delphine

 

Slam Inventaire

Inventaire


Une énumération hétéroclite et ordonnée, poétisée par l'accumulation

***
Des chips au poulet,
Une caisse bondée,
Une caissière très occupée
Le tout accompagné d'une baston pour une promotion sur des poissons panés...
Eliot 

***

Dans une salle de bain, il y a :

Des brosses à dents,
Un tapis de douche trempé,
Des habits sales dans tout les sens,
Un gros robinet ;

Mais il y a aussi :

Un chauffage qui chauffe !
Un sèche-cheveux qui sèche !
Une serviette qui sèche aussi...
Un miroir

Et encore ?

Un pommeau de douche crasseux,
Une chasse d'eau,
Un miroir.

Mais que se passe-t-il dans ma salle de bain ?

Dans ma salle de bain, il...
...N'y a plus d'eau chaude,
Et c'est embêtant,
Une poubelle à ras-bords : passons,
Car il y a aussi...
La chasse d'eau non-tirée,
La glissade dans la douche,

Bref, il y a de quoi s'amuser !
Eliot

***

Dans mon coeur, il y a ... 
 
Dans mon coeur il y a …
Les souvenirs d’enfant
Le manque et puis les rires
La musique et puis toi

Dans mon coeur il y a …
Les livres les voyages
Mes amis mes amours
La nature et puis toi

Dans mon coeur il y a …
Aussi toutes les horreurs
Et toutes les souffrances
Odeurs et puanteurs
La mort et le mépris pour la vie
Les cris les pleurs les coups
Mais la révolte surtout
Comme un long hurlement qui détruit et libère

Dans mon coeur il y a … toi
Comme un apaisement, calme après la tempête
Comme un havre de paix pour reposer mon âme
Comme un vent doux et tiède pour réchauffer mon être et apaiser mon corps.

Delphine


 

Slam Sylvie

Deux textes écrits par Sylvie et déclamés lors du BUZZ
Merci à elle

***

Enfants / Cerfs-volants



J’ai fabriqué des cerfs-volants
                        J’ai pris ce qu’on m’avait donné

J’ai fait avec ce que j’avais
                        Du bois, du tissu et du fil

J’ai assemblé les ossatures
                        Pour qu’elles soient solides et légères

J’ai collé le tissu dessus
                        Essayé de les faire voler

Parfois, souvent, ils sont tombés
                        Il a fallut consolider

Changer le tissu
                        Pour un plus léger
Recoller les bords
                        Qui s’étaient cassés
Y fixer un fil
                        Sans qu’il soit trop lourd
Ficelle solide
                        Mais presqu’invisible
Et puis un beau jour
                        A force d’essais
Se sont envolés
                        Le vent était bon
Se sont élevés
                        De plus en plus haut
Suivant les courants
                        Se sont éloignés
Parfois le les vois
                        Le vent les ramène
J’ai encore les fils
                        Ne sont pas cassés
Mais ne restent pas...
 Ils sont bien partis
                        Mes beaux cerfs-volants
Et je reste seule
                        Assise sur la plage
Contemplant le monde...
                        Et c’est bien ainsi
                                                           Ainsi va la vie

***

LE CHOIX 

Avant les jeunes filles                                                            
Les bonnes de la maison
Se retrouvaient enceintes                                                                                       
Violées par le patron
            Elles n’avaient pas le choix                                      

Virée par la patronne                                                          
Seule avec son bébé                                                 
L’bébé c’était mon père                                          
Elle a dû s’débrouiller           
            Elle n’a pas eu le choix                                            

Enfin veuf le grand père                                          
A épousé la bonne                                                    
Une famille retrouvée                                             
Mais plein d’autres marmots                                  
            Elle n’avait pas le choix                                           

L’enfant pas vacciné 
A chopé la polio                                                                                                      
C’est la faute pour sûr                                             
Punition du bon dieu                                    
            Yavait qu’à pas faire ça                                           

Plus tard quand le marmot                                      
Est devenu instit                                                                               
Il a eu des enfants                                                    
Qui ont du étudier                                        
            Ils n’avaient pas le choix
                                              
Fallait bien se venger                                               
De cette société                                                       
Où les handicapés                                                    
Sont toujours délaissés                                             
            Sans avoir de vrais choix
                                              
L’un a fait du théâtre
Il a été renié
L’autre voulait faire psycho
Et s’est retrouvée juge
            Z’ont pas trop eu le choix


Maintenant c’est bien mieux
Pour nous et pour nos filles                        
Quand on a un bébé
C’est qu’on l’a désiré
            On a enfin le choix
           
Même s’il faut travailler
Pour payer les emprunts
Et prendre la pilule
 Ou bien le stérilet
            C’est nous qu’avons le choix

Celles qui se démarquent
 De la société
En vivant autre chose
Se voient cataloguées
 Et marginalisées
            C’est dur de faire son choix

La bonne, Rosalie
Si c’était aujourd’hui
 Aurait pu faire passer
 L’embryon imposé
             Elle aurait décidé

Bien sûr on n’serait pas
Ni mon frère ni ma sœur
Ni nos enfants d’ailleurs
Et alors ? Quel problème ?
             On n’existerait pas

Dans le monde aujourd’hui
Puisque nul ne saurait
 Est-ce que l’on manquerait
On n’regretterait rien
             On n’aurait jamais su

Aujourd’hui il y en a
Qui voudraient empêcher
Les femmes d’avoir le choix
De leur maternité
                        Ce sont les anti-choix



Moi je dis attention
De ne pas effacer
Un siècle de progrès
Ce s’rait une régression
                        Pour notre société

Mais moi je garde espoir     
On peut choisir sa vie
Chercher, trouver sa voie
Garder la tête haute
Et assumer ses choix
                        Surtout ...  avoir le choix
Et vivre dans la joie
Puisqu’on y est ici